Une Geste d'Ombre et de Lumière

Prologue

Genèse et Apocalypse

Au début, les Hommes vivaient à l’état sauvage, dans l’ombre des forêts et dans la peur des bêtes et monstres qui les hantaient. Dispersés et barbares, ils n’étaient rien. Puis, vinrent les Sindaris, dans leurs vaisseaux d’or et d’argent. Fuyant une guerre terrible entre l’Ombre et la Lumière, ils trouvèrent refuge sur notre continent, nous offrant leurs conseils et leur sagesse. Il y en eut pour refuser leurs cadeaux et leur tourner le dos, mais ceux qui acceptèrent leur générosité furent largement récompensés.

Dans les siècles qui suivirent, ils nous apprirent beaucoup, des arts simples comme l’agriculture et la métallurgie, aux arts plus complexes comme la sorcellerie et la rhétorique. Nous intimant de tourner le dos aux magies d’Ombre et de Lumière, qui avaient mené à la destruction de leur patrie, ils nous menèrent sur les voies de la sorcellerie des éléments – Eau, Feu, Air, Terre. Ainsi armés, nous sommes parvenus à conquérir nos peurs et à fonder des domaines et des villes qui constituèrent bientôt un vaste Empire. Mariant nos fils et nos filles aux Sindaris, nous constituâmes une noblesse mêlant nos deux sangs pour veiller à sa destinée.

Pendant un temps, nous connûmes une grande prospérité. Les derniers Sindaris moururent, après des siècles de vie, mais ils laissèrent derrière eux un vaste héritage que nous tachâmes de faire fructifier. Bientôt, nos empereurs voulurent étendre leur pouvoir à l’ensemble du continent, mais ils rencontrèrent alors les résistances de nos frères et sœurs qui avaient refusé de se joindre aux Sindaris. Organisés en parodies de royaumes, ils nous firent rapidement comprendre qu’ils ne voulaient pas de notre civilisation. Les accrochages menèrent à des escarmouches, les escarmouches menèrent à des campagnes et, très bientôt, nos frontières étaient à feu et à sang.

Horrifié par les pertes que nous faisaient subir les Jeunes Royaumes, décidé à mettre fin à cet affrontement stérile, l’empereur confia à nos plus puissants mages la mission de mettre sur pied des armées constituées d’automates animés par les éléments et de les lancer contre nos ennemis. Ces armées écrasèrent les Jeunes Royaumes et les forcèrent à se soumettre à notre autorité. Alors que la guerre s’achevait, l’empereur ordonna aux mages de dissoudre leurs armées. Ils refusèrent.

Bientôt, ces armées inhumaines, menées par des mages corrompus par l’ambition, se retournèrent contre nous et marchèrent vers la capitale, anéantissant les maigres milices levées en hâte pour les arrêter. C’est sur la Fourche de la rivière Bleue, par un superbe jour d’été, que l’armée impériale, réunissant la fine fleur de notre jeunesse et menée par les trois fils de l’empereur, affronta celle des mages. Malgré une résistance héroïque, l’armée impériale fut défaite, les trois héritiers tués et nos derniers espoirs balayés. La cité impériale est maintenant assiégée, l’empereur Anastas Nikephos est mourant et il se prépare à nommer son demi-frère, le grand amiral Andros Askaris, régent d’un empire agonisant. Ce dernier, entouré des ses fils et filles, regarde vers la mer pour son salut et celui des siens.

Comments

harold_berube harold_berube

I'm sorry, but we no longer support this web browser. Please upgrade your browser or install Chrome or Firefox to enjoy the full functionality of this site.